Atelier de photographisme

Atelier de photographisme

On dit souvent qu’un graphiste est un généraliste de l’image. Les solutions visuelles qu’il apporte à un projet peuvent faire appel à une multitude de techniques, dont la photographie.

Légumes sur fonds colorés - 3e année Graphisme - Atelier J. De Backer

Crédits photo : J. Druart – GR2

C’est dans cette optique — sans mauvais jeu de mot — que l’option Graphisme propose depuis plusieurs années un atelier de photographie piloté par Jacques De Backer. Alternant entre phases didactiques et projets artistiques concrets, ce cours permet aux étudiants de se familiariser avec le matériel et d’apprendre à réaliser des clichés de qualité. Au fil des années, l’arsenal mis à disposition des apprentis graphistes s’est agrandi et l’option dispose désormais d’un mini-studio complet, rapide et facile à déployer.

Session photo - 2e année Graphisme - Atelier J. De BackerGR2 - Capucine Van Rœy - "Barbie"

Crédits photo : C. Van Rœy – GR2

À travers les projets graphiques proposés par leurs professeurs, les étudiants assimilent les bases de la photographie et découvrent comment manipuler les paramètres fondamentaux qui permettent la restitution d’une bonne image. Avant de commencer la séance, Jacques De Backer demande à l’étudiant(e) d’expliquer sa démarche ; il suggère ensuite la configuration à adopter pour la mise en place du studio, et oriente le déroulement du shoot en évaluant les résultats obtenus pour chaque cliché. L’étudiant(e) est guidé tant artistiquement que techniquement.

Amélie Dugon (GR2)

Crédits photo : A. Dugon – GR2

Contrairement aux idées reçues, il ne suffit pas d’appuyer sur le déclencheur pour réaliser une bonne photo. Certes, le matériel s’est perfectionné et grâce au mode automatique proposé par la plupart des modèles, il est possible de prendre un cliché correctement exposé très rapidement. Toutefois, si l’on désire une maîtrise totale sur le rendu de l’image, il est nécessaire d’intégrer les principes techniques, qui sont relativement nombreux. Une fois ces méthodes assimilées, il faut les combiner à la vision artistique. Il ne sert à rien de déclencher l’appareil si le cadre n’est pas réfléchi, si la lumière n’est pas correcte, si la scène n’est pas bien composée…

Marie Grumellon (GR3)

Crédits photo : M. Grumellon – GR2

De nos jours, on a trop souvent le réflexe de se dire que l’on corrigera les erreurs lors de la retouche numérique. Bien que les logiciels soient d’une très précieuse aide, ils ne peuvent corriger les défauts d’intention lors de la prise de vue. Retoucher des ombres pendant des heures parce que l’on a mal éclairé son sujet est une perte de temps, conjuguée à la frustration d’obtenir un résultat de qualité inférieure. C’est dans ce sens qu’il est capital de connaître son matériel et d’en maitriser la technicité. Déclencher n’est pas créer.

Amandine Doudoux - GR2 - Hantise

Crédits photo : A. Doudoux – GR2

À force de manipuler les éléments du studio, les étudiant(e)s développent les réflexes qui les conduiront à plus d’autonomie, mais aussi à plus d’exigence : après avoir appris à éclairer correctement un sujet, à choisir le bon objectif et à paramétrer correctement l’appareil, on ne se satisfait plus des images prises sur le vif, dans un environnement non maîtrisé.

Bannière Atelier Photo - J. De Backer

Crédits photo : Z. Menu – GR2

L'auteur : Damien Mathé

Professeur à l'École Supérieure des Arts Saint-Luc Tournai, il enseigne les arts numériques, principalement dans le domaine du motion design et du webdesign.